achat cheval achat poney vente informations juridiques
Achat cheval, vente cheval, achat poney, vente poney, informations juridiques achat vente chevaux poneys 
Service d'information juridique sur l'achat et la vente d'équidés
Effectuer une recherche sur le site :  

Expertise d’achat

  

Expertise vétérinaire

- Mis à jour le 18 juin 2007

Le cheval est un être vivant dont l’état physique et de santé peut évoluer de jour en jour en fonction de son environnement, des "agressions" qu’il peut subir, de l’utilisation qui est la sienne et tout simplement du vieillissement inéluctable de son organisme.


L’expertise vétérinaire au moment d’un achat-vente est évidemment très utile dans la mesure où elle va permettre d’établir l’état médical et physique du cheval au jour où elle est réalisée.

Elle permet de détecter les éventuelles anomalies dont le cheval peut être porteur, de nature peut-être à nuire à l’usage auquel il est destiné.
Une telle expertise a cependant deux limites essentielles :

- elle ne peut jamais être totalement exhaustive : il est impossible d’imaginer un examen qui permette d’explorer totalement tous les recoins de l’organisme (les connaissances de la médecine ne le permettent pas et le coût de tels examens devient vite élevé).

 - et, face à la constatation de certaines anomalies, il est souvent impossible au vétérinaire de "prédire l’avenir", c’est-à-dire de donner un pronostic fiable sur l’évolution possible des anomalies constatées. Tout au plus peut-il, en se référant aux connaissances statistiques, donner l’évaluation des risques liés à chaque anomalie.

L’expertise vétérinaire au moment de l’achat-vente doit donc être considérée comme un acte utile permettant :

 1) d’établir un état des lieux médical et physique du cheval au jour de l’achat-vente

 2) d’évaluer les risques liés aux éventuelles anomalies constatées

- et donc de connaître les risques que l’on prend inéluctablement en achetant un être vivant.

Il n’existe pas de protocole formellement défini par la profession vétérinaire pour cette expertise, dans la mesure où chaque cheval est un cas particulier en fonction de sa morphologie, de son âge, de ses aptitudes et de l’usage auquel il est destiné.

Les examens systématiques

-   le contrôle de l’identité du cheval et de ses vaccinations 

-  un examen médical général (morphologie, aspect extérieur, appareil cardio- respiratoire, appareil locomoteur, bouche, yeux) statique et dynamique

-  la vérification de l’absence de vice rédhibitoire (et notamment une prise de sang pour un dépistage de l’anémie infectieuse). Pour les chevaux de sport, un examen radiologique est conseillé.
Son ampleur dépend de l’âge du cheval, de l’usage auquel il est destiné, et du coût des examens.

Les jeunes chevaux jusqu’à l’âge de 5 ans

L’examen radiologique vise alors à détecter les affections juvéniles et devrait concerner les articulations les plus sollicitées (pieds antérieurs, boulets antérieurs et postérieurs, jarrets, genoux et grassets)

Les chevaux de sport jusqu’à 6 ans et plus

L’examen peut être limité aux pieds antérieurs, aux boulets et aux jarrets, sauf si bien entendu l’examen clinique du cheval permet de suspecter une autre anomalie.
Bien d’autres examens peuvent être réalisés : échographie tendineuse et ligamentaire, endoscopie des vois respiratoires, analyses de laboratoire, echographie, caryotype pour l’examen de fertilité, etc.... La limite des examens réalisés est donc essentiellement financière.


Lorsqu’on limite le nombre d’examens demandés, il est important de raisonner en termes de risques par rapport aux pathologies dominantes dans l’usage projeté.

pour un usage dressage
pour un usage saut d’obstacles pour un usage concours complet
il convient de s’intéresser plus particulièrement aux membres postérieurs (jarrets et boulets) et au dos  aux pieds antérieurs, aux jarrets et au dos
à l’appareil tendineux, aux articulations basses (pieds et boulets), à l’appareil cardio-respiratoire

Le vétérinaire doit établir à l’issue de l’expertise un compte rendu détaillé dans lequel il fait apparaître la description de toutes ses constatations.

Il peut également établir un pronostic sur l’aptitude médicale et physique à l’usage auquel le cheval présenté est destiné, qui, ainsi qu’expliqué plus haut, ne peut constituer une garantie d’aptitude.

 L’expertise vétérinaire est un des éléments mis à la disposition de l’acheteur pour évaluer le cheval auquel il s’intéresse. Mais l’expertise achat-vente doit comprendre en outre, ce qui est au moins aussi important :
 
- une expertise d’aptitude : réalisée par un cavalier professionnel capable d’estimer la capacité du cheval à l’usage projeté ;

-  une expertise d’adéquation au cavalier : réalisée par un enseignant capable d’évaluer la "compatibilité" entre les capacités du cheval et celles de son futur cavalier (cette notion de "couple" est essentielle pour un achat réussi).

L’expertise d’adéquation au cavalier et l’expertise d’aptitude pouvant être réalisées par la même personne en fonction de ce qui est souhaité par l’acheteur.

Haut de page

[création Ticsol Services] [Mentions légales]